Stylo-plume « Sailor Promenade » Bleu nuit ~ Medium fine

Bonjour,

Ce stylo-plume a déjà fait l’objet d’une revue publiée sur un forum. Depuis le 23 octobre 2015, mes ressentis ont évolué, mes préférences se sont précisées. Ma nouvelle revue en tient compte.

« Promenade » en musique vers Tokyo. Kyoto pour les dislexyques. Au Japon pour tout le monde :

Musique Cherry Blossoms in Winter (Fuyu no sakura), interprétée par les Yoshida Brothers, deux joueurs de shamisen.

Sailor Logo

Ayant bien apprécié les formes du Sailor Lecoule, le choix s’est porté sur un Promenade.
Et taaadaaaam ! Je vous présente ce modèle très populaire au Japon. :D

Le paquet était très bien protégé, dans un étui enveloppé d ‘ un papier cadeau Sailor. Coucou ! Par la fenêtre, Sailor vous salue, estampillée de son ancre emblématique :

L’ écrin est en imitation cuir. Fermeture facile sans toujours prévenir. Attention aux doigts. – Aïe ! Trop tard ! « Tiens voilà mon pouce » : :thumbsup:
Le coffret inclut 2 cartouches d’encre noire et un convertisseur, compatibles avec le stylo de la même marque :

A travers la protection bullée, frayeur : le stylo est noir ! :o Déballé, il se révèle d’ un bleu très foncé, uniformément parsemé de micro paillettes argentées denses, mais discrètes.  5. Stylo entier

Nul doute, il est réellement bleu. Image

Un éclairage agressivement ciblé le met en exergue. Les formes sont lisses et s’affinent assez en fin de section et de corps. Ces deux parties sont agrémentées d’une bague dorée. De très belle finition, les attributs sont bien sertis et consistants.  Seul le stylo noir bénéficie d’attributs argentés. :(
Image

N’ écrivant pas le stylo posté, il a juste été testé pour l’occasion. Crampe en main au bout de quelques minutes d’utilisation. Je le trouve trop long et lourd. Image

Le voici tout nu devant vos yeux, le convertisseur à l’ air : 16. Corps dénudé

La plume vue de face et en plein jour. J’aime bien l’inscription « manuscrite » Sailor writing à la base de la plume, différente du traditionnel logotype  Sailor : Image

De nuit, 1911 14 K 585 Sailor : les rainures sont profondes. L’ encre s’y ancre. Image

La plume vue de profil. Image

H – MF sillonne une bordure latérale de l’autre aile. Image

Le capuchon se dé/visse efficacement. Sur le large ruban, SAILOR JAPAN FOUNDED 1911 incisé en lettres capitales. Image

L’ ancre sur l’ agrafe est difficile à photographier, prise entre les faces d’ une base triangulaire. Le reste est en pointillés. Image

Une partie de la section interne est en métal épais. La matière plastique colorée n’ est pas totalement opaque. A la façon Edison et la lumière fuse : Image

Les lumières jouent de leurs jolis effets à travers son aspect un peu translucide. Je n’ai pas réussi à figer ses différentes nuances. A la lueur d’une lampe de bureau par exemple.
« Bleu nuit » prend sa signification : profond, chatoyant, illuminé de petites étoiles.

:inspiration:

Et la plume, elle écrit comment ?
– Même pas « mal » !

Au niveau de la préhension il m’a fallu une petite période d’adaptation, pour avoir imaginé le Promenade diamétralement plus large que le Lecoule. Au plus fort de leur tour de taille, les deux sont sensiblement identiques. Ce qui fait la grande différence : le Promenade conserve peu ce diamètre, s’amenuisant rapidement vers ses extrémités. Au final, la main a l’impression de tenir un stylo fin. Le Lecoule garde mieux en ligne son côté joufflu, instantanément confortable en main.

Le cap des premières impressions passées, le Promenade s’avère être plus souple, moins fatiguant sur des écrits au long cours. Ergonomiquement plus délicat, il invite ma main difficile à le manier avec relâchement. Efficace. Le rebord de la section vers la plume manque un peu de relèvement pour les doigts ayant tendance à s’y précipiter. Le Promenade est incontestablement plus solide, consistant. Les épaisseurs des différents matériaux se font sentir sous les doigts et sur la balance.

Le Lecoule est plus léger en tout point de vue : poids du stylo, consistance et comportement de la plume. Cette dernière pointe comme une aiguille, assez fine, précise, incisive, ferme, « bruyante » et légèrement grattante. Je ne m’amuserai pas à la chatouiller. La Promenade est plus douce et épaisse, le bruit de son frottement sur le papier moins aigu. Dans les deux cas, les plumes sont légères, chacune à leur façon. Quant à leurs ressentis, ils sont totalement différents, chacun pour ce qu’ils sont : la Lecoule est en acier, la Promenade revêtue d’un plaquage or de 14 carats.

Remarque : des utilisateurs se plaignent de plumes grattantes sur des modèles « étudiant » Sailor. Possédant deux Lecoule, l’un présente effectivement ce genre de défaut. En fait, le bord inférieur de l’ un des deux becs est atrophié, anormalement plat. Mes deux Promenade, Bleu nuit & Bordeaux scintillant ne connaissent heureusement pas ces déboires.

Ci-dessous, tracés de trois plumes medium fine encrées d’ Ochre (Diamine), prédisposée aux ombrages. Bloc de correspondance Oxford 80 g.
ImageExtraits de paroles « Adieu Haïti » – Raphaël Haroche et Frederick Hibbert.

La différence de trait entre les deux Sailor, pourtant Medium fine, m’a surprise. Le Promenade est beaucoup plus épais et intense que le Lecoule. Le trait de l’ Heritage 91 Pilot est moins fin que le Promenade. En faisant abstraction des ombrages favorisés par l’ effet « Soft », l’ intensité est plus marquée. 61.Ecritures.Sailor Lecoule62.Ecritures.Sailor Promenade63.Ecritures.Pilot Heritage

Les blocs  et corps (et seulement ces parties) des Sailor Promenade et Lecoule sont interchangeables. Mais finalement, sans plus : la main s’accommode fort bien du Promenade 8-) Image

En conclusion, le Promenade est solide, souple, d’une bonne ergonomie. La plume file, douce, légère, agréable et présente. Elle a rejoint ses copines.  🙂 Image

Et la fratrie s’est agrandie, avec habillée d’une robe Bordeaux, scintillant ! 😉57.Sailor Promenade Bordeaux


Fiche comparative du Sailor Promenade, Sailor Lecoule, Pilot Heritage 91 SMF.

17. Dimensions.1

Quelques photographies comparatives

De haut en bas : Le Pilot Héritage 91 Soft fine medium, les Sailor Promenade et Lecoule, tous deux medium fine. Image

Les mêmes stylos, mais de bas en haut. Toutefois, le deuxième demeure toujours au centre. :P Image

Vue de profil. En premier plan le plus fin, le Promenade. Au milieu l’ Heritage 91 et tout là-haut, le Lecoule : Image

De gauche à droite, les plumes Sailor Lecoule & Promenade, Pilot Heritage 91 : ImageImageImage

Sailor writing

16a

 


Taïko

La musique d’introduction est rythmée aux sons des taïkos, les tambours japonais. Si vous désirez en savoir plus sur leur fabrication, un métier d’art, patience, perfectionnisme…

Concerning the first video of this review, did you hear drums ? Here, taiko, japanese drums softly battle. If you want to know more about their crafted making, I find this video very impressive : dexterity, accuracy, time, patience. In one word : Art.

 

Hum… Il n’est pas beau, le joueur de taïko ?  😉

Taïko

Stylo-plume « Sailor Promenade » Bordeaux scintillant ~ Medium fine

Bonjour,

Pour débuter cette revue, voici une vidéo. Certes longue, mais elle met en spectacle différents aspects, variantes de l’ art musical nippon :

Vidéo : 鼓童   Kodo – One earth tour special

万年筆

Parmi mes stylos-plumes, le Sailor Promenade Medium-fine s’est particulièrement imposé à ma main : des plus légers, confortables. Avec sa plume, ils ont rapidement et fidèlement été adoptés. La Medium-fine évolue sur le papier, légère, douce, sensible. Sans vraiment glisser, ni gratter, elle accroche sur son chemin, sans s’y attarder, avec une subtile présence. Comme une danseuse effleurerait le parquet de la pointe de son chausson, pour s’ envoler aussitôt.

La largeur des sillons de la Medium-fine convient parfaitement à mon écriture, permettant de garder une certaine finesse, sans renoncer à des débuts d’ombrage.  Une plume Fine amenuise tout cela. Lorsqu’ une Medium m’oblige irrémédiablement à écrire plus grand, voulant éviter l’ embourbement des caractères.

Ci-après encrés de Rouge Bourgogne J. Herbin, les Medium-fine Promenade Sailor (1) & Extra-fine Kaweco Student (2), papier Rhodia :

Ecritures Promenade & Student.2

Numérisation : les traits de la Medium-fine Promenade (1) sont légèrement plus fins que ceux de l’ Extra-fine Student (2) :Ecritures Sailor Promenade M.F. & Kaweco Student E.F.3.jpg

Ecritures Sailor Promenade M.F. & Kaweco Student E.F.2

Photographie : L’ Extra fine Student (2ème haïku) est plus ferme et juteuse, garde une intensité plus prononcée et régulière. Plus souple, légère et résolument plus délicate dans sa consistance, la Medium-fine Promenade (1er haïku) demeure plus sensible aux pressions plus ou moins appuyées de la main. La plume nécessite à mon usage une distance préliminaire, d’ essai ; avant d’atteindre une vitesse de croisière pour se lancer vraiment sur la piste. Il en résulte une intensité de trait variable, pouvant atteindre celle plus prononcée de l’ Extra-fine Student : Ecritures Promenade & Student.3

Ne pouvant me résoudre à me tenir à l’utilisation simultanée d’une seule encre, le  Promenade M.F. Bordeaux scintillant est venu prêter main forte au premier, le Sailor Promenade Medium Fine – Bleu. Ayant déjà fait l’objet d’une revue, cliquez ici, celle de son alter-ego portera davantage sur sa robe « Shining red ».

Le  Sailor Promenade M.F.  – Shining red a suivi le parcours de son aîné, quittant son île natale pour arriver jusqu’en France. Il a voyagé dans un étui bleu marine. Mais, quoi de plus normal pour un Sailor ! Le boîtier (174 x 68 x 38 mm) est revêtu d’un enduit simili-cuir. Formes et aspects sont sobres mais de bonne finition :

L’intérieur est drapé de tissu synthétique, le double fond recouvert de velours gris :

Un convertisseur et deux cartouches d’encre noire accompagnent le stylo :

Ainsi qu’une notice d’utilisation : 25.Sailor Promenade notice.126.Sailor Promenade notice.2

Les instructions pour le nettoyage de la section (l’ image de son positionnement dans le gobelet) m’ont été fort utiles  :27.Sailor Promenade notice.322.Sailor Promenade convertisseur

Aux premières impressions, le Sailor Promenade « Rouge scintillant » est d’une couleur plutôt « Bordeaux », très sombre (proche du noir) et terne. Bref, rien qui me plaise : 10.Sailor Promenade.JPG

Mais je retrouve les lignes lisses, douces, aux courbes délicieusement arrondies et fuselées à ses extrémités :  11.Sailor Promenade

Ainsi que la finesse, l’excellente finition des attributs. Même s’ils sont dorés, plutôt qu’ argentés, affaire de goût :12.Sailor Promenade13.Sailor Promenade

Oh ! Les rayons de soleil pointent… 14.Sailor Promenade

… sortant soudainement le Promenade de l’obscurité : 15.Sailor Promenade

Le Rouge scintillant me rappelle la découverte du Bleu nuit, qui apparaissait noir à travers la protection de plastique à bulles. Honnissant les stylos sempiternellement noirs, j’ eus une de ces frayeurs dont je me serais bien passée. Les Sailor Promenade Bleu nuit et Bordeaux scintillants : 40.Sailor Promaneda Blue & Red

Sous des éclairages plus intenses, l’ adjectif « scintillant » prend tout son éclat :  42.Sailor Blue & Red41.Sailor Promenade Blue & Red43.Sailor Blue & Red

Il faut trouver de différents angles de vue afin de faire ressortir la transparence. Par exemple, à travers la base intérieure du capuchon et au niveau supérieur interne de la section : 50.Sailor Promenade Bordeaux52.Sailor Promenade Bordeaux

Il faut les inonder d’éclairage intense pour en admirer les éclats et changements de nuances. A l’aide de lumières artificielles : 53.Sailor Promenade Bordeaux54.Sailor Promenade Bordeaux55.Sailor Promenade Bordeaux (2)

A l’entrée du capuchon, la finesse de la matière laisse un reflet transparent coloré. Comme s’il s’agissait d’une tâche de vin sur une nappe :56.Sailor Promenade Bordeaux.JPG

Le Sailor Promenade Bordeaux est lunatique. En fonction des luminosités ambiantes, ses profondes nuances varient, de la noirceur d’un Bordeaux, à un rose – rouge profond. Ses poussières scintillantes rendent l’éclat d’un rubis.

Les effets optiques du Sailor Promenade Bleu nuit et surtout du Bordeaux scintillant ne sont pas aussi bien restitués en photographies, par rapport à la réalité. Le bleu et le rouge ne sont pas non plus dans ma palette de couleurs préférées. A moins qu’elles présentent des particularités. Ce qui est le cas pour ces Sailor Promenade.

万年筆

57.Sailor Promenade Bordeaux

Sailor writing

Sailor Promenade - Shining red

Sailor Promenade - Bleu nuit

Stylo-plume Kaweco  » Student  » Demonstrator transparent clear ~ Fine & Extra-fine

Bonjour,

La musique adoucie les mœurs, la beauté de la gestuelle également. Autant les laisser s’ exprimer à l’unisson :

Sur une chorégraphie signée Roland Petit , bercée par  le « Bolero » de Ravel – Interprétation : Orchestre Symphonique de Boston.

 🙂

Il y a longtemps, j’avais apprécié l’ Extra-fine Kaweco Sport Ice. Malheureusement, ses formes très rectilignes se sont avérées des plus inconfortables, voire douloureuses. Ma main n’est jamais parvenue à se détendre sous le joug du stylo. Mais je n’ai jamais oublié sa plume.

Lors d’une incontournable visite dans un magasin, je déshabillais du regard les stylos-plumes à travers la vitre du présentoir sous clé. Le Kaweco Student Blue Vintage dénotait des autres. De par sa couleur bleu tranchant avec les sempiternels corps noirs, rouges ou bleus de chez bleus ; ainsi que sa morphologie plus arrondie et généreuse.  « Ringardise » fut le premier adjectif qui me vint à l’esprit. La virée suivante en boutique, la main s’en est emparée, mais sans essai encré. A sa grande surprise, l’objet n’était pas aussi lourd et imposant qu’elle l’avait imaginé. Il n’en demeurait pas moins que cette couleur suivait l’étrangeté de ses formes… Bah ! Blue Vintage ? Et pourquoi pas Noir ou Blanc Vintage ?  Je plaisante. La seule plume disponible étant Medium, le regret fut moindre.

En fin de « conte », je vous présente le Kaweco Student Transparent (Vintage ? 😉 ) ! Livré et calé dans son fameux plumier métallique, assurément « rétro » :1.Kaweco Student.1

Ses dimensions approximatives : 17.70 x 5.20 x 2.50 cm. Sur le couvercle, des inscriptions sont en relief et rendent mieux de son intérieur. Surtout pour les besoins de la photographie. Un minuscule dépliant signé du Directeur Michael Gutberlet est déposé dans le boîtier, ainsi qu’un auto-collant à l’effigie de la marque. Merci, c’est gentil, mais où faut-il le coller ?  La voix de Jeanne d’ X me répond : Sur ton cartable ! 2.Kaweco Student.2

En son corps, le stylo est ravitaillé de deux cartouches internationales courtes, dont une à blanc (enfin, presque) : 3.Kaweco Student Demonstrator

Le stylo-plume est trapu. Son apparence ne fait pas dans la dentelle, ne s’encombre pas de fioritures. Le design est  épuré, clair comme de l’eau de roche. L’ouverture ne s’effectue pas en un « clic et un clac et c’est tout ». Mais en un «vissage et dévissage le temps d’un petit tour et puis c’est bon» :  4.Kaweco Student - Stylo

Je n’écris jamais le stylo posté. Cependant, il est assez long, donne une sensation de vertige :8.Kaweco Student posté

La plume est fine, paraît bien menue par rapport au reste du stylo :15. Student - Plume

La forme du capuchon est quelque peu rustique. Les finitions sont de belle et bonne manufacture. « Kaweco…. GERMANY…. » est gravé sur le ruban. Et c’est tout ! Attention, le message tourne en boucle : 20.Kaweco Student Capuchon 1

L’ agrafe suit le mouvement d’une vague, amplifiant visuellement le volume du stylo. D’ acier épais intérieurement évidé, elle est solidement fixée au capuchon…21.Kaweco Student - Capuchon.2

… rigide et tenace, elle marque le papier épais. Quelle rage ! Oh ! Une double douceur : la gravure de la marque prend l’esprit d’une écriture pour laquelle la plume est destinée. Elle se termine par des lignes bien droites, voire acérées de petits traits disposés en épi. Une fente de bec aurait parfait au symbolisme de la plume : 22.Kaweco Student - Agrafe

L’embout supérieur du capuchon est coiffé du sceau de la marque en forme de petit chapeau (i)conique de la marque. Kaweco Student GERMANY est discrètement apposé en lettres d’une blancheur argentée. Ci-après, avec quelques images vues de l’intérieur :  25.Kaweco Student - Capuchon haut

La terminaison du corps est un peu abrupte. Un léger arrondi l’ adoucit tout en donnant l’impression de renforcer sa solidité : 10.Kaweco Student - Corps

Les filetages des éléments d’assemblage sont courts, les pas de vis relativement rapprochés  :12.Kaweco Student - Section.1

En moyen d’alimentation d’encre, l’ esthétisme du convertisseur Kaweco s’ harmonise au mieux avec la transparence et les attributs argentés du « demonstator » :Kaweco Student convertisseur attributs

L’embout mobile du convertisseur est recouvert d’un habillage transparent, occultant assez la noirceur de la tige :32.Kaweco - Convertisseur.234.Kaweco - Convertisseur.1

Démontable, le nettoyage et le séchage n’en sont que plus facilités et rapides :35.Kaweco - Convertisseur.3


Mon ressenti

La prise en main est confortable. Le stylo est très bien équilibré. Les matières sont lisses et plaisantes au toucher. Les formes sont un bon compromis ergonomique entre des lignes droites et subtilement courbées.

L’ incurvation de la section est prononcée. Les doigts s’y calent bien, ne glissent pas, donnant une certaine orientation au stylo. La main la ressent tel un rétablissement d’équilibre entre la section et le corps.  La rutilance sans aspérité aucune est évidemment très sensible aux empreintes digitales. Écrivez et vous êtes fiché(e) :39.Kaweco Student - Section

Le poids de la section du Student est d’un iota supérieur à celui du « Mr – Pilot«  mais paraît plus léger, car différemment (mieux) réparti dans son ensemble.  La section du  Mr Pilot est plombée en un endroit plus concentré. Ce qui n’a pas convenu à ma main, la fatiguant rapidement.

La Fine Student ne gratte pas, glisse même sur du papier Rhodia ou Clairefontaine. Malheureusement, sont trait demeure trop large, embourbant mes petits caractères d’ écriture.

L’ Extra fine Sport Ice m’avait laissé le souvenir d’une finesse japonaise, incisive et grattante en plus.  Adaptée sur le Student, je n’ai pas retrouvé ces sensations. Il se pouvait que la pointe ait été abimée.

La Fine montée sur le Kaweco Sport Ice Blue et l’ Extra-fine sur le Kaweco Student :43.Kaweco Sport & Student.1

Les conduits des Sport Ice Blue et Student également sont d’origine. Les unités de remplacement (conduit + plume) communes aux deux stylos Kaweco sont semblables à celles du Student :44.Kaweco Sport & Student.2

Les parties émergentes des  deux conduits sont pourtant vraiment différentes :45.Plumes.Kaweco Ice & Student

J’ai commandé l’ Extra-fine sur le site scribemarket.com. Ces plumes de rechange Kaweco, ou plus exactement unités de remplacement, sont composées d’un « collier » équipé d’ un conduit et d’ une plume. La mise en place est simple et facile : il suffit de visser l’ensemble dans la section du stylo-plume. 41.Kaweco Student - Spare Nib

Le trait de l’ Extra fine est moins épais. La plume est légère, peu rigide, douce, ne gratte et glisse un peu, sans être complètement insensible aux ombrages. La même Extra-fine montée sur le Sport Ice et le Student ne fournit pas le même trait et les mêmes sensations. Je ne peux fournir qu’une explication : la forme du Sport Ice dirige autrement ma main et par conséquent la plume sur le papier.

La Fine puis l’Extra-fine encrées de Terre de feu –  J. Herbin : 40.Kaweco Student - Ecritures F & EF

L’ Extra-fine Student différemment encrée :40b. Kaweco Student - Ecriture

L’ Extra-fine Student et la Medium-fine Promenade Sailor :46.Kaweco Student - Ecritures Promenade M.F.

Les mêmes que les précédentes, utilisées et vues sous un autre jour : 40c. Kaweco Student & Promenade - Ecriture

Dans la réalité, mes yeux perçoivent Terre de feu comme un marron adouci d’une nuance de vieux rose. Yu yake est un orange ocré aux traits moyennement ombrageux. Mandarin est un bel orange plus vif, soutenu, uniforme ; ponctué de rares ombrages jaunes au plus clair :49.Encres TdF - M - YY


En conclusion, je trouve le Kaweco Student esthétiquement réussi, mieux qu’en photographie. La finition est assez soignée. Pas une once de couleur noire ne vient rompre l’harmonie des matières et des couleurs, à l’exception du conduit. La transparence ne pardonne pas les détails.

Le Student a une bonne présence en main : agréable, confortable, bien équilibré. Il est un bon compagnon pour des écrits au long cours.  

L’ Extra-fine Student est plaisante et assez sensible aux différentes encres utilisées. Sur du papier Tomoe River, Terre de feu – J. Herbin – particulièrement aqueuse – s’ étale, épaississant les traits. Ces derniers sont manifestement plus fins, encrés de Strauss – Diamine. A en égaler la finesse de la Medium Fine Promenade Sailor. Au début, j’avais regretté l’ excellente finesse de l’ Extra-fine « Loom – Faber-Castell »). Mais au final, je préfère l’ Extra-fine Student. Sa plume est appréciablement plus généreuse, les encres s’épanouissent mieux, conservant tout de même une bonne finesse de trait.

Le boîtier métallique est d’une rareté appréciable, conservant de plus son cachet d’antan. Ce, lorsque la plupart des autres marques ont évolué vers des présentations plastiques uniformisées et/ou des logotypes modernisés. Le logotype rond divisé en trois tiers  n’est pas à mon goût. Mais je trouve sa gravure scripturale  réussie :

24a.Kaweco Student - Logotype

Le Student, encré de Mandarin – Pelikan Edelstein :50.Kaweco Student - final


Remarque

Les premières phrases écrites avec le Kaweco neuf ont été ponctuées de grosses gouttes d’encres : 47.Kaweco Student - Ecriture Fine

… laissant également des pâtés :48. Ecriture Student Fine

Vitali (scribe.market) m’a conseillé d’éponger la fente entre les becs de la plume à l’aide de papier absorbant afin de résorber la surcharge d’encre qui s’y accumule. Aussi, un bloc de plume sorti de la fabrication contient des traces de graisses et débris de plastique d’usinage. Ce qui peut être à l’origine de ce désagrément. Il recommande de nettoyer les plumes ou unités de plumes neuves avec de l’eau filtrée pour un meilleur écoulement de l’encre.

Pour un meilleur nettoyage, il y a la possibilité de démonter la plume et le conduit en les tirant très délicatement de la section. Pour les unités de plume telles que les Kaweco, Student, les dévisser au préalable de la section du stylo. Les éléments ainsi séparés sont prêts pour être nettoyés individuellement. Cette manipulation est à effectuer à vos risques et périls, surtout si le stylo-plume est encore sous garantie.

Enfin toilettée et fraîchement encrée, j’ai laissé la plume s’égoutter quelques instants supplémentaires, davantage qu’à l’accoutumé. Des gouttes ont perlé. Ce fut la première fois que j’ai pu observer ce phénomène d’ écoulement de gouttes « à retardement ». Puis j’ai absorbé le reste avec du papier. Les problèmes aux démarrages ont été résolus. La plume Kaweco Student est effectivement juteuse.

Thank you Vitali for your advices and your help.

🙂


Le Student, entre autres, sous la toise et sur la balance :

Kaweco Student - Dimensions stylos-plumes.xlsx

(1) Une cartouche longue standard ne s’enclenche pas convenablement dans la section.

(2) Un convertisseur standard ne s’enclenche pas convenablement dans la section. Un convertisseur « Diplomat » ne convient pas : il s’enclenche convenablement dans la section, mais il est trop long pour être contenu dans le corps.

~ O ~

Quelques photographies comparatives avec d’autres stylos

De haut en bas : Kaweco Student, Waterman Kultur, Kaweco Sport Ice Blue, J. Herbin « Mini » :

61.Comparaisons 162.Comparaisons 263.Comparaisons 3

De gauche à droite : les plumes Kaweco Student & J. Herbin Mini :69.Student & Herbin - plumes

Stylos-plumes Pilot Petit1 vs J. Herbin Mini

 

Le Pilot « Petit1 » et le J. Herbin « Mini » sont des modèles de poche, très légers.

J’apprécie la bonne ergonomie du Pilot Petit1, l’étendue des couleurs des stylos. Pour une fine nippone, je trouve le tracé un peu épais, mais agréable. Le débit est généreux, intensifiant la couleur de l’encre. L’adaptation d’un convertisseur aurait été bienvenue pour activer l’arrivée d’encre.

Edit : Toutes les encres ne sont pas adaptées au Pilot Petit1. « Autumn oak » de Diamine connaît de généreux écoulements en début d’utilisation. L’ intensité et l’ombrage sont magnifiques pour se tarir ensuite rapidement. Il en résulte des pages écrites de façon très irrégulières.

Le Mini J. Herbin est beaucoup plus esthétique, sensiblement plus long et beaucoup plus fin. Sa préhension est plus rude, moins confortable. La plume a plus d’allure et de caractère à l’expression écrite. Le tracé est plus fin et l’intensité plus fluette. Les cartouches courtes internationales et mini-convertisseurs sont fort appréciables.

1-pilot-petit-j-herbin

2-pilot-petit-j-herbin

3-pilot-petit-j-herbin

4-pilot-petit-j-herbin

5-pilot-petit-j-herbin

6-pilot-petit-j-herbin

8-pilot-petit-j-herbin

9-pilot-petit-j-herbin

Les plumes, ancrées d’ Alt-goldgrün de Rohrer & Klingner :2-ecritures-pilot-j-herbin-1

J. Herbin MiniAlt-goldgrün (Rohrer & Klingner) :ecriture-j-herbin-ag

Pilot « Petit1 »Alt-goldgrün (Rohrer & Klingner) :ecriture-petit1-ag

11-pilot-petit-j-herbin

~  O  ~

Le Pilot Petit1 et le J. Herbin « Mini, sous la toise et sur la balance :

12-pilot-petit-j-herbin

Stylo-plume Pilot Petit1

Bonjour,

Dans la série des mini stylos-plumes, je vous présente le Pilot Petit1. 2-pilot-petit11

Plusieurs Pilot Petit1 de différentes couleurs ont été commandés. Chacun d’eux comprend une cartouche d’encre de la marque, assortie aux teintes transparentes et acidulées du stylo. Si capuchons et corps sont ainsi colorés, la section transparente blanche est commune.pilot-petit1

Le stylo est court, ses formes bien rondes ne sont pas trop fines. En main, elles sont très lisses et agréables, assez ergonomiques.3-pilot-petit-ferme

Bien que qu’assez marquée, la transition entre le corps et la section n’est pas gênante.4-pilot-petit

Posté, le stylo est plus confortable, mais la préhension est plus raide pour ma petite main. Les extrémités ogivales procurent une appréciable amplitude d’aisance. Les grandes mains préfèreront écrire posté.5-pilot-petit-poste

Ouverture et fermeture efficaces, en un clic et un clac. Le capuchon est en plastique dur transparent. Deux trous assurent l’aération. Posté, le capuchon se fixe et se bloque efficacement  à l’ extrémité du corps. L’agrafe est aussi colorée que le corps.6-pilot-petit-capuchon

Les cartouches Pilot Petit livrées dans le stylo sont équipées d’une couronne jaune de sécurité. La cartouche se fixe avec une profonde efficacité. Il faut forcer, pour la retirer également.7-pilot-petit-cartouches

Une fois enclenchée, l’opercule se détache pour se coincer plus loin, tel un clapet de régulation d’encre.8-pilot-petit1-cartouche-vide

La cartouche est mi-souple, sa solidité a des limites. En la pressant –  non sans acharnement –  afin de précipiter l’arrivée d’encre, j’ai fini par la percer. L’encre gouttait dans le corps. L’opercule trop rigide a contribué à cet incident. Le trouvant gênant lors des retraits et mises en place des cartouches, il a été retiré à l’aide d’une pince très fine.9-pilot-petit1-cartrouche-2

L’amorçage de l’encre est particulièrement long. Le liquide doit se frayer un long chemin à travers le long conduit pour arriver jusqu’à la plume. Une fine baguette blanche, enduite d’un tissu ressemblant à du velours relie l’entrée verdâtre de la cartouche, à la pointe de la plume. Comme une capillarité véhiculant ainsi l’encre.10-pilot-petit-entree-conduit

Si son encrage est rapide, la plume n’est pas pour autant opérationnelle. Il faut encore attendre encore et encore…11-pilot-petit1-conduits

La plume est singulièrement enfoncée dans le conduit :pilot-petit1-conduit-plume

Les encres Pilot essayées sont très fluides. Elles sont  pour la plupart intenses, flamboyantes, plus ou moins transparentes. Mais je trouve les tracés trop uniformes.

J’ai donc vidé, nettoyé, séché la cartouche pour la remplir d’autres différentes. L’avantage est de pouvoir plonger la plume dans l’encrier pour en activer l’arrivée. Les encres prédisposées aux ombrages ne s’épanouissent pas pleinement en tant que tels.

D’argent mat, la plume est brute de décoffrage, mais d’une bonne finition. Quand on peut la voir minimaliste et futuriste,12-1-pp1-plume

ses formes anguleuses et acérées lui confèrent une certaine « agressivité ».13-pp1-plume-agressive

La plume est douce. Sans glisser vraiment, elle file très bien, avec une certaine aisance sur le papier. Bien que « Fine », le trait n’égale celui d’une digne japonaise. Je le qualifierai plutôt de Fine-Medium.

Avec Alt-goldgrün et Autunm oak, Asa gao (Iroshizuku) le débit d’encre est trop irrégulier au fil des écrits : d’ intense et abondant aux débuts, à anormalement essoufflé en milieu de course. Les encres Pilot Petit seraient-elles plus fluides ?

Dès que l’on retire la cartouche, il s’affaiblit instantanément. Ce que je n’aurai pas cru au regard du long conduit. L’enclenchement de la cartouche doit donc créer une certaine pression, influant sur le flux de l’encre. Sur les pages d’un carnet Clairefontaine :

Pilot « Petit1 », Alt-goldgrün (Rohrer & Klingner) :ecriture-petit1-ag

Pilot « Petit1 », Autumn oak (Diamine) :ecriture-petit1-ao

Pilot « Petit1 », Alt-goldgrün (Rohrer & Klingner) & Autumn oak (Diamine) :2-ecritures-pilot

Eyedropper or not eyedropper ?

Pour avoir vu le Pilot Petit en eyedropper, j’ai tenté de l’adopter pour y renoncer. Plusieurs essais se sont avérés infructueux : l’encre fuit irrémédiablement. Enduire le filetage de graisse de silicone n’a fait que retarder ce désagrément.14-pilot-petit-eyedropper

Je suis tentée de penser que le pas de vis est trop grossier pour se prêter à ce mode d’encrage. Ci-après, en comparaison avec celui du Pilot Prera (à droite), beaucoup plus fin et resserré :15-pilot-petit-prera-0

Les filetages des sections des Pilot Petit1 (à gauche) et Prera (à droite) :16-pilot-petit-prera-1

Les filetages des corps des Pilot Petit1 (à gauche) et Prera (à droite) :17-pilot-petit-prera-2

Le nettoyage du conduit est laborieux. Trop fin par rapport à l’ouverture de la section, la poire en caoutchouc n’est d’aucun recours. Pour accélérer le nettoyage et le séchage, j’ai dû retirer/remettre la plume en rencontrant une bonne résistance. La plume demeure fixée au conduit.18-pilot-petit1-conduit

Lors du remontage, en redoublant de force, la plume s’est plantée dans la pulpe de l’index. Du sang a coulé. La plume est vraiment solide en plus d’être acérée. L’endommagement s’est limité à un aspect sensiblement grattant, sur le papier. Mon habituelle maladresse me mène souvent dans des situations parfois curieuses, mais là, le pompon a été décroché. Cela a mis fin à toute envie de démontage.

En conclusion, l’ ergonomie assez confortable du Pilot Petit1 convient assez bien à ma main. La plume est solide, rigide, ne gratte pas le papier Le stylo trouve sa place dans un sac à main,  est facilement remplaçable en cas de perte. Il existe le Pilot Petit 2, en plume medium.

Trois inconvénients : le Pilot Petit1 ne se prête pas à de fréquents changements d’encres, nécessite l’utilisation de cartouches spécifiques Pilot et peut-être même bien des encres Petit1. Et surtout, les tracés sont trop irréguliers avec d’autres encres. Par exemple avec : Asa gao (pourtant Pilot Iroshizuku), Alt goldgrün (Rohrer & Klingner), Autumn Oak (Diamine). J’en limite donc son utilité en cas de prompt dépannage.

Pilot Petit1 encré d’ Automn OakPage – Page lignée notebook « Rhodia » A5 :30.Ecriture Pilot Petit1

De plus près, détail des deux premières lignes, puis de deux en milieu et des deux dernières lignes. L’encre est très intense au début pour se ternir considérablement en fin de page :31. Ecriture Pilot Petit1 - 1ères lignes

32. Ecriture Pilot Petit1 - milieu lignes

33. Ecriture Pilot Petit1 - dernières lignes

~ O ~

22pilot-petit

~ O ~

Le Pilot Petit1 et J. Herbin « Mini », sous la toise et la balance :

dimensions-pilot-petit-j-herbin

Pilot « Petit1 » vs J. Herbin « Mini »

Stylo-plume J. Herbin « Mini »

Bonjour !

Dans la série des mini stylos-plumes, je vous présente le J. Herbin.

Le stylo est plutôt fin en plus d’être court.1-j-herbin-ferme

Ses lignes tout en transparence et argent pour les attributs sont assez élégantes et esthétiques.2-herbin

La bague argentée est d’une bonne épaisseur et finition. Mais elle n’est pas fixée, tombe au premier dévissage.4-j-herbin-bague

Ouverture et fermeture efficaces, en un clic et basta. Le dôme du capuchon est en plastique recouvert d’un enduit argenté. L’agrafe du capuchon est en métal léger et apparemment solide.5-j-herbin-capuchon

« Iridium point Germany » : gravures et formes de la plume ont un air artisanal. Une simplicité qui fait sa beauté6-0-j-herbin-plumes

et une pointe de poésie avec sa petite frise en volutes6-1

6-2

Le stylo-plume J. Herbin a l’avantage d’utiliser des cartouches de format international, mais courtes.7-j-herbin-cartouche-convertisseur

Deux mini convertisseurs des marques Monteverde et Kaweco sont compatibles. Ayant commandé le premier, j’ai cependant reçu le Kaweco que je trouvais plus esthétique en photographie. En le recevant, je n’ai pas aimé sa finition imparfaite en bout d’ouverture. De plus, l’inscription « Kaweco » s’est rapidement enlevée. Le lettrage est en décalcomanie. L’entrée en plastique dur et épais ne s’enfonce pas complètement dans le conduit, contrairement à une cartouche. Mais il ne fuit pas.8-convertisseur-kaweco

La cartouche est plus grande en hauteur et en diamètre que le convertisseur. Ce dernier est efficace à l’utilisation. Mais la contenance est assez ridicule.9-j-herbin-cartouche-convertisseur

Le stylo étant relativement fin et droit, la prise en main est assez raide. Il y a un manque d’ergonomie, renforcé le stylo posté.10-j-herbin-poste

La petite main préfère profiter du peu d’amplitude de mouvement que lui procure la terminaison ogivale du corps.11-j-herbin-mini

L’écoulement de l’encre semble particulièrement proche du rebord du bloc. Pour le moment, il n’y a pas de fuite.12-1-j-herbin-bloc

D’ une apparente fragilité, la plume grattouille d’une étrange façon. Elle donne l’impression d’avoir un défaut. Comme si les pointes des becs ne sont pas tout à fait solidaires, ou qu’un grain de sable s’interpose entre eux. Mais la plume se révèle très légère, solide, délicate, sans être dure. Annoncée comme « medium », son trait est plutôt fin pour une Européenne, net, précis, élégant. Alt goldgrün de Rohrer & Klingner trouve un début d’ombrage. Ci-après, sur une page d’un carnet Clairefontaine ecriture-j-herbin-ag

j-herbin-ag

En dépit d’ une apparence modeste, le mini J. Herbin trouve grâce à mes yeux qui le trouvent esthétique. La finition, bien que correcte, aurait pu être améliorée. Le dôme en plastique peint de couleur argentée fait un peu « cheap ». La mobilité de la bague de la section me demande de l’attention lors des remplissages d’encre. Égarée, ce petit cachet d’élégance s’envolerait avec. Le stylo est petit et un peu trop fin, ma main trouve son ergonomie un peu trop raide. Elle apprécie particulièrement le caractère de la plume de par sa présence légèrement grattante : agréable sans être docile !

16.J. Herbin - Mini -final.JPG

~ O ~

Le J. Herbin Mini & le Pilot Petit1 sous la toise et sur la balance

dimensions-pilot-petit-j-herbin

J. Herbin « Mini » vs Pilot « Petit1 »



Photographies comparatives du Mini J. Herbin

De haut en bas : Kaweco Student, Waterman Kultur, Kaweco Ice Sport, Mini J. Herbin :61.Comparaisons 162.Comparaisons 263.Comparaisons 3

 

Stylos-plumes Pilot Custom 74 Soft fine & Heritage 91 Soft fine medium

Bonjour !

En introduction, une très belle chanson, « Haïti », interprétée par Raphaël & Toots Hibbert :



Je vous présente le Pilot « Custom 74 » Soft Fine !1. Pilot Custom 74 soft fine

Venu tout droit du Japon, enveloppé d’ un papier cadeau. Couleur et fils font penser à l’ encre Iroshizuku « Kon peki » (?) … Il a été livré dans un écrin, avec un convertisseur CON20 et une cartouche d’ encre noire, Pilot, bien entendu.

Il est léger. Ses lignes sont sobres, douces, bien équilibrées. Les extrémités oblongues et les attributs dorés ont un air rétro.6. Pilot Custom74 soft fine

Les formes sont agréables au toucher : lisses, confortables sans être imposantes en main.7. Pilot Custom74 soft fine

Bien que n’ ayant pas l’ habitude d’ écrire le stylo posté, je me suis surprise à adopter cette position. Et à plusieurs reprises : le stylo ne me paraît pas beaucoup plus lourd. En tous les cas, il est bien équilibré, ne pèse pas trop à la longue.IMG_4906

Inscriptions sur la plume : Pilot 14k-585 5 <SF> (« 1115 » su le côté).9. Pilot Custom74 soft fine (2)

L’ agrafe du capuchon est de très bonne épaisseur, peu souple et de faible amplitude. La petite boule renforce le style des années 30 pour l’ aspect esthétique ; la solidité de fixation pour le côté pragmatique. Si l’ agrafe assure un très bon maintien, elle est tenace à mettre en place.10. Pilot Custom74 soft fine (2)

Les inscriptions sur le ruban sont d’ une excellente finition. En lettres minuscules, elles auraient gagné en lisibilité : ☆ CUSTOM 74 ☆ PILOT ☆ MADE IN JAPAN


Le CON20 est aussi simple que facile et rapide d’ utilisation. Rudimentaire certes, mais il fonctionne bien en suivant le mode d’ emploi (effectuer les pressions et les libérer lentement, en quelques secondes). Mais l’ impossibilité de vérifier le niveau d’ encre a rapidement été contrariant.11. Pilot Custom74 soft fine con20

Pilot a récemment commercialisé le CON40. L’ agitateur est plus esthétique, semble plus léger et plus pratique à nettoyer que le CON50. La coupelle recueillant et retenant les 4 petites billes est fixe. La partie du haut fait maintenant largement place à du plastique, orné d’ une bague métallique. Aspect donnant une impression de fragilité. Le nouveau convertisseur  n’ a pas encore été utilisé. Mais en voici quelques détails :12. Pilot con40

Ci-dessus et de gauche à droite : les Con50, Con40, Con20 et Con70.A première vue, la capacité du Con40 est plus importante que celle du Con50.4 convertisseurs Pilot

Si le Con70 est rapide et pratique à utiliser, ce n’ est pas le cas pour le nettoyage et le séchage ! De l’ encre s’ était immiscée de toute part. Côté embouchure, le convertisseur a été lavé à l’ eau et à l’ aide d’ une seringue. Une fine bandelette de papier absorbant a accéléré le séchage. Côté supérieur, de l’ encre était cachée dans la longue partie métallique. J’ ai dû totalement immerger le convertisseur dans l’ eau, à l’ envers (ouverture vers le haut). Ce, tout en actionnant le poussoir, jusqu’ à disparition des traces d’ encre. Ensuite, il a fallu éliminer l’ eau. L’ embout a été enveloppé d’ un papier absorbant. Tête en bas, le bouton poussoir a de nouveau été actionné pour évacuer un maximum d’ eau. Je l’ ai ensuite laissé bien enveloppé dans du papier durant un ou deux jours. Les traces d’ eau n’ ont pas été complètement éliminée, mais ce n’est pas gênant.


Sur les pages d’un carnet ligné Rhodia, la plume est d’ une douceur infinie. Particulièrement légère et souple, le papier l’ affleure. Comme ailée, la main savoure cette volupté. Le regard s’ attarde sur les courbes ombragées laissées par la plume. Il les aime, encrées de « Terre de feu » de J. Herbin… Extraits de texte « Irezumi » – Narinderpal Singh Chandock.14. Custom74 soft fine terre de feu j herbin

Terre de feu – J. Herbin :

Terre de feu - chromatique

… et les adore, imprégnées de « Toffee brown » – Montblanc. Les contrastes sont remarquablement plus nuancés. Cette encre ajoute une note de douceur supplémentaire, palpable lors des  séances d’ écriture. Je trouve cette encre surprenante.

Merci Ise – prononcez « Izé » – pour cette sublime découverte (entre autres) !14. Custom74 soft fine Toffee brown Mont Blanc

J’ appréciais déjà la plume Soft Medium Fine Heritage 91. Sa légèreté, sa douceur, sa souplesse apportent une aisance gestuelle. Elle ne se heurte pas sur le papier. Elle n’ atterrit pas, elle amerrit. La main suit, en toute liberté, invitée à se détendre. Le confort est entretenu sur des écrits au long cours. Écrivant petit, mon choix s’ est ensuite porté sur une Soft Fine Custom 74. J’ ai été fort agréablement surprise de constater les mêmes ressentis (sans la glisse naissante), en plus intenses, mais sur du papier de très bonne qualité, Rhodia en l’occurence. Pour y déployer au mieux leurs talents, les Soft sont exigeantes.16. Pilot Custom74 soft fine Heritage91 soft fine medium toffee brown Mont Blanc Kiri same Iroshizuku.JPG

Déjà heureuse sur du Clairefontaine, la S.F.M. Heritage 91 trace, d’ une glisse naissante. Ce qui n’ est pas le cas de la S.F. Custom 74. Elle est surtout légère, douce, délicate, survolant la feuille Rhodia. Je n’ appuie pas sur les plumes, préférant profiter ainsi de la souplesse qui les caractérise.

Avec le temps, les tracés se sont épaissis. A mon goût, un peu trop en ce qui concerne la S.M.F. La S.F. m’ assure une bonne marge de sécurité tout en gardant une certaine finesse. Elle n’ est pas excessivement menue, laisse l’ encre s’ exprimer en nuances. Ce qui me convient parfaitement.


Préhension du Custom 74  &  Pilot Heritage  91 *

Bien que possédant tous les deux les mêmes circonférences minimales et maximales, elles sont différemment réparties.Le Custom 74 conserve peu sa circonférence maximale sur sa longueur, s’ effile en ses extrémités. Il en résulte une amplitude d’ aisance procurant une souplesse au maniement.
Ce, contrairement au Pilot Heritage 91. Ses formes rectilignes, peu nuancées en diamètres, font de lui un stylo plus imposant, avec une certaine rigidité en main.

Les tailles des corps donnent l’ impression d’ influer proportionnellement sur celles des plumes. La finesse de corps du Custom 74 confère plus de délicatesse à la plume Soft Fine. Lorsque que le tracé plus épais de la Soft Fine Medium trouve comme un solide appui dans la préhension de l’ Heritage 91, au corps plus opulent et trapu. La plume paraît plus éloignée de la main.

* Revue du Pilot Heritage 91 – Soft medium fine :
http://www.stylo-plume.org/viewtopic.php?f=26&t=9941

Corps des Custom 74 & Heritage 91 en diaporama :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les capuchons respectifs :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les plumes 14K  585 – 5 (dorée pour la S.F. Custom 74, rhodiée pour la S.F.M. Heritage 91) :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les yeux préfèrent les attributs rhodiés de l’ Heritage 91, la modernité de ses courbes (bien qu’ un peu massives).

L’ ergonomie du Custom 74 convient mieux à la main et sa plume fine, à mon écriture. La pointe est d’ une telle délicatesse ! Discrète, elle sait se faire oublier en main. Mais elle laisse des empreintes inoubliables. S’ il ne fallait qu’ un mot pour évoquer cette plume : Impériale !

Pour information : les corps, blocs de plume, capuchons des deux stylos sont interchangeables. Pilot Custom 74 &amp; Heritage 91 - Interchangeables (3)Pilot Custom 74 &amp; Heritage 91 - Interchangeables (4)


Tant de douceur, tant d’ heures durant, sans aucun heurt, que de bonheurs !

IMG_5433 - Copie

 


 

Sous la toise et sur la balance, un tableau comparatif de quelques stylos-plumes :

Dimensions Pilot Custom 74

De gauche à droite : Platinum Chartres 3776 Century Soft Fine, Sailor Promenade Medium Fine, Pilot Custom 74 Soft Fine, Pilot Heritage 91 Soft Fine Medium.PPPCH - 1PPPCH - 2

Autres revues de stylos-plumes.


 

« Kon peki – Pur azur

Ce bleu exprime toute l’intensité de la couleur d’un ciel d’été, vaste, immaculé, éclatant. Cette teinte est inspirée du bleu de caeruleum, un bleu azur tirant sur le bleu ciel, connu aussi sous le nom de bleu céleste. Le bleu de caeruleum est un stannate de cobalt découvert en 1805 par le scientifique allemand Andreas Hafner et commercialisé en peinture à partir de 1860 par George Rodney, en Grande-Bretagne. Cette teinte a beaucoup été utilisée par des grands maîtres de la peinture spécialisés dans la représentation du ciel comme Boudin ou Constable. »

Stylo-plume Faber-Castell « Loom » Extra fine – Métallic Orange

Pour la chanson, un bel appel d’outre-Rhin :

(La vidéo de Stephan Eicher « Komm zurück » est malheureusent bloquée en Allemagne).

Pour le stylo-plume, aussi…

Il a été livré dans son plus simple appareil : un fin carton bien ajusté. Dans le corps sont logées deux cartouches. Une Faber-Castell courte remplie d’ une encre bleu légèrement marine (vidée et nettoyée sur la photographie). La seconde est destinée au calage : elle est large, vide et à titre gracieux, sans fond. Vide de chez vide ! 1. Faber Castell Loom extra fine

Qu’il est lourd le Loom !  Et d’ un bon diamètre. Comment ? A peu près comme cela : 2. Faber Castell Loom extra fine

Pour information, le tour de taille du crayon graphite est d’environ 2.40 cm.

Le coloris « Metallic orange » est en réalité un orange cuivré irisé, beaucoup moins « rouge rosé-fruité fraise Tagada » qu’ il apparaît sur la photographie.3. Faber Castell Loom extra fine

Il n’y a qu’ un seul anneau et des plus discrets, au niveau du bas du capuchon, mieux visible de l’ intérieur que de l’ extérieur. Sur la photographie suivante, la couleur du capuchon est plus fidèle à la réalité :4. Faber Castell Loom extra fine

Les formes sont très épurées et lisses au toucher. Les anneaux sur la section sont d’un faible relief : le minium syndical pour éviter l’ avertissement « Fais gaffe, j’ te passe la savonnette ! »5. Faber Castell Loom extra fine

Le corps très rectiligne tranche curieusement avec la rondeur des extrémités et du capuchon. Quant à l’ absence de transition ente le corps et la section : c’ est le paradis ! Aucune gêne entre les doigts. Même s’ils ont tendance à descendre vers la plume, ils n’ en profitent même pas !

Léger, de faible épaisseur mais solide, le capuchon assure des fermetures/ouvertures efficaces en un clic. Il faut vraiment tirer pour l’ouverture. L’ agrafe est  évidée, large, souple. Sont extrémité relevée vers l’extérieur facilite la mise en place dans une poche, mais se retire facilement. Un centimètre supplémentaire et un blocage plus tenace auraient été sécurisants. Surtout pour un stylo lourd.7. Faber Castell Loom extra fine

Posté, le capuchon se fixe solidement. La main ne constate pas de déséquilibre. Mais le poids déjà conséquent des corps-section lui est amplement suffisant.8. Faber Castell Loom extra fine

Vue de dessus. Le logotype se dessine mieux sur l’agrafe. L’ extrémité du corps concave et arrondie assure une douceur visuelle et tactile supplémentaire. 9. Faber Castell Loom extra fine

La plume est fine, échancrée. Le matériau est consistant, solide. Mais les pointillés sont plutôt disgracieux. La belle gravure emblématique F.C. n’ est pas mise en valeur. Bref, ça fait « fouillis ». 10. Faber Castell Loom extra fine

Assez profonde, la section occulte une bonne partie du convertisseur :  FC Loom - 13

Environ le tiers de sa taille :Faber Castell Loom - Convertisseur section

« i5 » inscrit sur la section. A quoi correspond-t-il ?11. Faber Castell Loom extra fine

Et juste pour le plaisir des yeux, de belles gravures, précises, profondes, nettes, sur un fond coloré. 12. Faber Castell Loom extra fine

Histoire et petite animation animation du logotype Faber-Castell, peu aisé à reproduire sur de petites surfaces :13. Faber Castell Loom extra fine

Le Loom sous la toise et la balance :FC Loom - 14

Faber-Castell Loom Extra fine – Metallic orange. Code ASIN : 4 00540 1492221

~ O ~

Mes premières impressions

Recherchant une extra-fine européenne, telle fut ma surprise de découvrir que Faber-Castell en propose en entrée de gamme. Une amie aguerrie que je remercie, m’avait conseillé l’ Ambition. Au final, la petite main difficile s’ en est remise à la « physio-bonhommie » du Loom. Ses formes ne s’ encombrent pas de fioritures. Il est assez lourd pour une habituée de stylos légers, mais s’ avère fort bien équilibré en pratique. L’ aluminium brossé est très agréable, mais a tendance à glisser sous un poids certain. Les anneaux anti-dérapants sur la section manquent de proéminence. Le corps nécessite à être bien plaqué contre le creux de la pince (entre le pouce et l’ index) afin d’ être bien maintenu et ne pas s’ emballer.

La plume est d’une remarquable consistance. Ferme, douce, elle ne gratte pas vraiment. Sur un plan de travail dur (une feuille posée à même une table en bois), je la sens un peu incisive, le poids du corps aidant. D’ un très bon allant, elle « excel en word » dans les envolées… un peu trop. La main doit modérer son enthousiasme, rapidement emportée par le poids du stylo, les traits en trembleraient. Sinon, ils ont une une certaine élégance : vraiment fins, très nets, réguliers, intenses pour une extra-fine. Ci-après, l’ extra-fine Loom encrée de Toffee Mont Blanc : Faber-Castell Loom

En comparaison de la Fine Century 3776 Platinum, je trouve la finesse des traits de l’ Extra-fine Loom des plus honorables : Ecriture Loom &amp; 3776 (1)Ecriture Loom &amp; 3776 (2)


Edit : Compatibilité des cartouches et convertisseurs avec le Loom Metallic Orange

Les cartouches courtes de format international : pour en avoir essayé une vide, l’ orifice en est ressorti abîmé. L’ expérience n’a donc pas été tentée avec une cartouche pleine.

Les cartouches longues de format international ne sont pas du tout compatibles.

J’ ai pu utiliser le convertisseur Online. Il ne s’adapte pas parfaitement, mais l’encre ne fuit pas. N’ aimant toutefois pas forcer, même un peu lors de son insertion, j’ ai préféré commander un convertisseur Faber-Castell. 

cartouches-convertisseurs

De gauche à droite : les convertisseurs Diplomat, Faber-Castell, Online.

Au niveau de la conception des embouts d’ une cartouche courte et d’ un convertisseur  de format international (Online, Diplomat…) par rapport à des Faber-Castell, il y a peu de différences. Mais elles sont assez subtiles pour préférer les fournitures Faber-Castell.

J’ai démonté l’unité de plume Extra-fine Loom. Bien mal m’en pris : l’intensité de l’encre s’est beaucoup éclaircie. A gauche, avant le démontage ; à droite, benh après. J’ignore si le résultat est meilleur  😦  :Ecritures Loom


La préhension du Loom m’ a demandé un certain temps d’ adaptation : le poids de la section est légèrement plus lourd que celui du corps. Mais après une séance prolongée d’ écriture, la main est particulièrement fatiguée. Un point faible non négligeable : la partie anti-glisse de la section n’est pas assez renforcée à mon goût.

En comparaison, le corps du Studio Lamy plus lourd que celui de la section crée un trop grand déséquilibre. Un véritable supplice pour la main qui n’ a jamais pu s’ y accoutumer. Quelques pages, puis quelques lignes ont été remplies, crampes en main.

Le corps du Loom est de bonne conception, ergonomie, fabriqué avec de très bons matériaux. La plume existe en Extra-fine, Fine, Medium et même en Broad ! Avec ses formes rigolotes, le Loom a du caractère et tout d’un grand ! 5. Faber Castell Loom extra fine

 

Sommaire des revues

Bonjour,

Ci-après, les liens de mes revues. Certaines concernant des stylos-plumes ont été  rédigées, sous le pseudonyme de Bleuet.

J’attire votre attention sur le fait que les avis se réfèrent à ma façon d’appréhender un stylo-plume, une encre. Aussi personnelle que celle de tout un chacun.

Arcancielle


Stylo-plumes

Faber-Castell Loom Metallic orange – Extra fine

J. Herbin « Mini »

Kaweco Student Fine & Extra-fine

Online Vision Cognac – Extra-fine, Fine, Medium
http://www.stylo-plume.org/viewtopic.php?f=26&t=10486

Pilot Custom 74 Soft Fine & Heritage 91 Soft Medium Fine

Pilot Heritage 91 – Soft fine medium
http://www.stylo-plume.org/viewtopic.php?f=26&t=9941

Pilot Mr Argent – Medium
http://www.stylo-plume.org/viewtopic.php?f=26&t=10025

Pilot « Petit1 »

Pilot « Petit1 » vs J. Herbin « Mini »

Platinum Balance Blue – Fine
http://www.stylo-plume.org/viewtopic.php?f=26&t=10368

Platinum Balance Crystal – Medium
http://www.stylo-plume.org/viewtopic.php?f=26&t=10181

Platinum Century 3776 Chartres – Soft fine

Sailor Lecoule – Medium fine
http://www.stylo-plume.org/viewtopic.php?f=26&t=10057

Sailor Profit Junior Demonstrator – Medium Fine

Sailor Promenade « Bleu nuit » – Medium fine

Sailor Promenade Shining red (Bordeaux scintillant) – Medium fine

Waterman Kultur Transparent jaune– Fine
http://www.stylo-plume.org/viewtopic.php?f=26&t=10367

~O~

Le site scribe.market met en vente, des plumes de rechange Kaweco, Lamy, Pelikan…  en plus de bien d’autres fournitures.


Quelques encres « plumées »

Haïkus, poésie, proésie… encrés.

Lie de thé – J. Herbin (encrée à la plume calligraphique)

Sargasso sea – Diamine (encrée à la plume calligraphique)

Terre de feu – J. Herbin (Pilot Custom74 Soft fine)

 ~  O  ~

Les brunes d’ automne :

Macassar – Diamine (encrée à la plume calligraphique)

Saddle brown – Diamine (encrée à la plume calligraphique)

Tofffe brown – Mont Blanc (encrée à la plume calligraphique)

Yama guri – Iroshizuku (encrée à la plume calligraphique)

~  O  ~

Les grises de brumes :

Oyster grey – Mont Blanc (plume calligraphique & Sailor Promenade M.F.)

Kiri same – Iroshizuku (plume calligraphique & Pilot Heritage 91 S.F.M.)

 


Quelques trousses « Cocon »